Au cœur du vignoble champenois, l'Institut International des Vins de Champagne a pour vocation d'animer des activités d'information et d'initiation à la connaissance des vins de Champagne complémentaires aux actions de promotion et d'accueil mises en oeuvre par toute la profession.
Retour

Page : 1 / 8
Archives vidéo
Dans cet entretien, Jean-Claude Lefort, investi de son expérience de délégué du personnel puis délégué syndical chez Marne et Champagne, relate la réalité du syndicalisme dans le Négoce champenois. Entré en 1963 dans l'entreprise, il a vu la mise en place du syndicalisme et reprend alors les motivations qui ont porté ces changements (équilibrer les rapports de forces, cesser les affrontements pour oeuvrer conjointement à la prospérité, etc.). Il dresse ensuite l'historique du mouvement syndical qui a pu donner naissance à la convention collective (discussions avant et après guerre, Trente Glorieuses du Champagne, restructuration), ainsi que les avancées - notamment sociales (couverture sociale, grille hiérarchique, grille de classification) - portées par cette convention. Le développement de l'organisation syndicale côtoie une évolution des métiers, des techniques, de l'organisation du travail, des gestes, des cultures, des acteurs. L'interviewé mentionne l'effort porté par l'organisation syndicale sur la formation professionnelle (engagement au développement, engagement à la formation professionnelle), tout en regrettant que ce projet soit plus utilisé par le secteur coopératif que le négoce. Il conclut l'entretien en livrant sa vision du futur de la Champagne viticole (monopole des groupes, modernisation à outrance, maintien du champagne comme produit d'exception). 
- 2001_04_10_JL - Récit de vie - LEFORT Jean-Claude - CHAUVE Yves
Type Archives vidéo
Contexte
Dans cet entretien, Jean-Claude Lefort, investi de son expérience de délégué du personnel puis délégué syndical chez Marne et Champagne, relate la réalité du syndicalisme dans le Négoce champenois. Entré en 1963 dans l'entreprise, il a vu la mise en place du syndicalisme et reprend alors les motivations qui ont porté ces changements (équilibrer les rapports de forces, cesser les affrontements pour oeuvrer conjointement à la prospérité, etc.). Il dresse ensuite l'historique du mouvement syndical qui a pu donner naissance à la convention collective (discussions avant et après guerre, Trente Glorieuses du Champagne, restructuration), ainsi que les avancées - notamment sociales (couverture sociale, grille hiérarchique, grille de classification) - portées par cette convention. Le développement de l'organisation syndicale côtoie une évolution des métiers, des techniques, de l'organisation du travail, des gestes, des cultures, des acteurs. L'interviewé mentionne l'effort porté par l'organisation syndicale sur la formation professionnelle (engagement au développement, engagement à la formation professionnelle), tout en regrettant que ce projet soit plus utilisé par le secteur coopératif que le négoce. Il conclut l'entretien en livrant sa vision du futur de la Champagne viticole (monopole des groupes, modernisation à outrance, maintien du champagne comme produit d'exception). 
Cote(s) 2001_04_10_JL
Type d'archive Récit de vie
Informateur LEFORT Jean-Claude
Collecteur CHAUVE Yves
Fermer Fermer

(+ 1)
Archives vidéo
Paul Bergeot livre dans ce témoignage son parcours personnel et son ascension professionnelle, marqués par des rencontres, la situation économique de l'époque et son implication dans la vie politique de la Champagne viticole. Ce faisant, il évoque ses responsabilités en tant que PDG des Maisons Besserat de Bellefon et Salon (1963) et la volonté de développer la marque : choix stratégiques, préoccupations sociales, méthodes et techniques mises en place, rendement, achats de parcelles, agrandissements. Il instaure ainsi une politique originale de relations publiques, accroît la notoriété de ces marques dans la grande restauration et à l'export.
- 2001_02_05_PB - Récit de vie - BERGEOT Paul - CHAUVE Yves
Type Archives vidéo
Contexte
Paul Bergeot livre dans ce témoignage son parcours personnel et son ascension professionnelle, marqués par des rencontres, la situation économique de l'époque et son implication dans la vie politique de la Champagne viticole. Ce faisant, il évoque ses responsabilités en tant que PDG des Maisons Besserat de Bellefon et Salon (1963) et la volonté de développer la marque : choix stratégiques, préoccupations sociales, méthodes et techniques mises en place, rendement, achats de parcelles, agrandissements. Il instaure ainsi une politique originale de relations publiques, accroît la notoriété de ces marques dans la grande restauration et à l'export.
Cote(s) 2001_02_05_PB
Type d'archive Récit de vie
Informateur BERGEOT Paul
Collecteur CHAUVE Yves
Fermer Fermer
Archives vidéo

Ce premier des deux entretiens réalisés avec Jean Nollevalle, relate les prémices de la structuration et de la régulation du monde viticole champenois, notamment par le Syndicat Général des Vignerons (SGV).

Dans un premier temps, Jean Nollevalle, Secrétaire Général du SGV de 1945 à 1977, expose la situation du vignoble champenois avant, pendant et après la guerre de 39-45. Il relate la mise en place de son organisation, tant structurelle, politique que pratique. Ainsi, il évoque les tensions face au CIVC de la Seconde guerre mondiale, la construction et le rôle attribué du SGV, la mise en place d’un cadre législatif relatif à l’Appellation Champagne, tout autant que l’intérêt collectif et le tempérament champenois, les origines et la méthodologie de l’échelle des crus, les accords de l’Aube, la disparition du Gamay et la prime à la reconstitution du CIVC. Dans un second temps, Jean Nollevalle illustre la montée en puissance des organismes de défense du vignoble, en développant son organisation économique (coopération, manipulation, contrats). L’entretien se conclut sur un historique du Crédit Agricole, de sa création à son expansion.

- 2000_05_29_JN - Récit de vie - NOLLEVALLE Jean - CHAUVE Yves
Type Archives vidéo
Contexte

Ce premier des deux entretiens réalisés avec Jean Nollevalle, relate les prémices de la structuration et de la régulation du monde viticole champenois, notamment par le Syndicat Général des Vignerons (SGV).

Dans un premier temps, Jean Nollevalle, Secrétaire Général du SGV de 1945 à 1977, expose la situation du vignoble champenois avant, pendant et après la guerre de 39-45. Il relate la mise en place de son organisation, tant structurelle, politique que pratique. Ainsi, il évoque les tensions face au CIVC de la Seconde guerre mondiale, la construction et le rôle attribué du SGV, la mise en place d’un cadre législatif relatif à l’Appellation Champagne, tout autant que l’intérêt collectif et le tempérament champenois, les origines et la méthodologie de l’échelle des crus, les accords de l’Aube, la disparition du Gamay et la prime à la reconstitution du CIVC. Dans un second temps, Jean Nollevalle illustre la montée en puissance des organismes de défense du vignoble, en développant son organisation économique (coopération, manipulation, contrats). L’entretien se conclut sur un historique du Crédit Agricole, de sa création à son expansion.

Cote(s) 2000_05_29_JN
Type d'archive Récit de vie
Informateur NOLLEVALLE Jean
Collecteur CHAUVE Yves
Fermer Fermer

(+ 1)
Archives vidéo
Revenant sur ses racines champenoises, Pascal Andriveau, directeur commercial pour la Maison Clicquot, puis Directeur général de la Maison Canard Duchêne, évoque son ascension professionnelle. Ainsi, il développe les missions qui lui ont été attribuées chez Clicquot, illustrant une volonté assumée de dynamiser les ventes (contrôler et recréer le réseau de distribution, développer les marchés étrangers, sélectionner les agents de vente, etc.) et d'installer et faire rayonner l'image de la Maison (réfléchir aux composantes de l'image de marque, positionnement de la marque, relation presse, relations publiques, sponsoring, habillage, etc.). Ce faisant, il livre sa philosophie de la vente, et insiste sur le rôle primordial de l'image de marque du champagne, véhiculée et utilisée par les Maisons. Evoquant son arrivée à la Maison Canard Duchêne, Pascal  Andriveau rappelle que cette communication d'une Maison par la valorisation du produit champagne est une stratégie commune.
- 2001_02_02_PA - Récit de vie - ANDRIVEAU Pascal - CHAUVE Yves
Type Archives vidéo
Contexte
Revenant sur ses racines champenoises, Pascal Andriveau, directeur commercial pour la Maison Clicquot, puis Directeur général de la Maison Canard Duchêne, évoque son ascension professionnelle. Ainsi, il développe les missions qui lui ont été attribuées chez Clicquot, illustrant une volonté assumée de dynamiser les ventes (contrôler et recréer le réseau de distribution, développer les marchés étrangers, sélectionner les agents de vente, etc.) et d'installer et faire rayonner l'image de la Maison (réfléchir aux composantes de l'image de marque, positionnement de la marque, relation presse, relations publiques, sponsoring, habillage, etc.). Ce faisant, il livre sa philosophie de la vente, et insiste sur le rôle primordial de l'image de marque du champagne, véhiculée et utilisée par les Maisons. Evoquant son arrivée à la Maison Canard Duchêne, Pascal  Andriveau rappelle que cette communication d'une Maison par la valorisation du produit champagne est une stratégie commune.
Cote(s) 2001_02_02_PA
Type d'archive Récit de vie
Informateur ANDRIVEAU Pascal
Collecteur CHAUVE Yves
Fermer Fermer

(+ 1)
Archives vidéo

Cet entretien est consacré au vignoble champenois dans l’Aisne, et met en lumière les débuts de la manipulation et de la coopération dans le Sud de ce département, sous Appellation Champagne.

Ainsi, Lucien Huot, agriculteur puis viticulteur à Essômes-sur-Marne, puise dans son expérience et évoque les origines du développement du vignoble champenois dans l’Aisne, dans une région où le vin était considéré comme une activité annexe. Il explique que l’évolution des mentalités est impulsée par l’implantation importante du Négoce à la fin des années 1950, avec la ruée des Maisons de Champagne sur les terres à vignes du Sud de l’Aisne. Lucien Huot déroule alors les débuts de la manipulation, à travers l’installation des viticulteurs, la volonté de formation des jeunes, le déploiement des coopératives locales, puis la création et le rôle de la Coopérative de stockage. Abordant le remembrement sur 20 ans et la refonte de l’échelle des crus en 1978, il précise que l’ensemble du terroir est aujourd’hui planté (à 95%) et développe la thématique, avec l’attribution des droits de plantation et l’extension de l’aire d’Appellation. L’évocation de ses différents mandats offre l’occasion d’aborder l’implication du Crédit Agricole dans le monde viticole, mais également le rôle et le poids du syndicat et de la coopération dans la reconnaissance par les gens du cru d’un patrimoine viticole à sauvegarder. Finalement, Lucien Huot conclut l’entretien en relevant le désir d’indépendance des jeunes vignerons susceptible de déstabiliser la cohésion et la solidarité du monde viticole champenois, la nécessité de révision de l’aire d’appellation, et la concentration des groupes.

- 2000_05_25_LH - Récit de vie - HUOT Lucien - CHAUVE Yves
Type Archives vidéo
Contexte

Cet entretien est consacré au vignoble champenois dans l’Aisne, et met en lumière les débuts de la manipulation et de la coopération dans le Sud de ce département, sous Appellation Champagne.

Ainsi, Lucien Huot, agriculteur puis viticulteur à Essômes-sur-Marne, puise dans son expérience et évoque les origines du développement du vignoble champenois dans l’Aisne, dans une région où le vin était considéré comme une activité annexe. Il explique que l’évolution des mentalités est impulsée par l’implantation importante du Négoce à la fin des années 1950, avec la ruée des Maisons de Champagne sur les terres à vignes du Sud de l’Aisne. Lucien Huot déroule alors les débuts de la manipulation, à travers l’installation des viticulteurs, la volonté de formation des jeunes, le déploiement des coopératives locales, puis la création et le rôle de la Coopérative de stockage. Abordant le remembrement sur 20 ans et la refonte de l’échelle des crus en 1978, il précise que l’ensemble du terroir est aujourd’hui planté (à 95%) et développe la thématique, avec l’attribution des droits de plantation et l’extension de l’aire d’Appellation. L’évocation de ses différents mandats offre l’occasion d’aborder l’implication du Crédit Agricole dans le monde viticole, mais également le rôle et le poids du syndicat et de la coopération dans la reconnaissance par les gens du cru d’un patrimoine viticole à sauvegarder. Finalement, Lucien Huot conclut l’entretien en relevant le désir d’indépendance des jeunes vignerons susceptible de déstabiliser la cohésion et la solidarité du monde viticole champenois, la nécessité de révision de l’aire d’appellation, et la concentration des groupes.

Cote(s) 2000_05_25_LH
Type d'archive Récit de vie
Informateur HUOT Lucien
Collecteur CHAUVE Yves
Fermer Fermer

(+ 1)
Archives vidéo

A travers l'évocation de son parcours personnel et professionnel, Michel Duntze, pose un regard sur les différents acteurs du vignoble champenois. Il débute sa carrière au service export de la Maison Piper Heidsieck, mais son intérêt pour la technique, l'administration et l'organisation le pousse à rejoindre le Syndicat des Maisons. Secrétaire Général à l'Union des Maisons de Champagne (UMC) de 1973 à 1983, il présente ses responsabilités au sein de cette structure particulière. Revenant sur le fonctionnement de cet organe, il expose des évolutions notoires comme la convention collective. Il cite des personnalités qui l'ont marqué, comme le Président Ducellier, ou le Président Geoffroy. Il développe ensuite ses réflexions sur les perspectives de la Champagne viticole ( Appellation, méthodes culturales, équilibres de l'Interprofession, etc.).

- 2001_01_31_MD - Récit de vie - DUNTZE Michel - CHAUVE Yves
Type Archives vidéo
Contexte

A travers l'évocation de son parcours personnel et professionnel, Michel Duntze, pose un regard sur les différents acteurs du vignoble champenois. Il débute sa carrière au service export de la Maison Piper Heidsieck, mais son intérêt pour la technique, l'administration et l'organisation le pousse à rejoindre le Syndicat des Maisons. Secrétaire Général à l'Union des Maisons de Champagne (UMC) de 1973 à 1983, il présente ses responsabilités au sein de cette structure particulière. Revenant sur le fonctionnement de cet organe, il expose des évolutions notoires comme la convention collective. Il cite des personnalités qui l'ont marqué, comme le Président Ducellier, ou le Président Geoffroy. Il développe ensuite ses réflexions sur les perspectives de la Champagne viticole ( Appellation, méthodes culturales, équilibres de l'Interprofession, etc.).

Cote(s) 2001_01_31_MD
Type d'archive Récit de vie
Informateur DUNTZE Michel
Collecteur CHAUVE Yves
Fermer Fermer

(+ 1)
Archives vidéo
Il s'agit du second entretien réalisé par le collecteur de mémoire Yves Chauvé auprès de Bertrand Mure, Président du groupe Moët & Chandon, Mercier, Ruinart, de 1970 à 1979. Personnalité notable de la Champagne viticole, Bertrand Mure présente là son implication au sein du Négoce champenois, à travers notamment l'exposé de ses responsabilités et de ses actions chez Ruinart, puis Moët & Chandon (gestion des approvisionnements, relation avec le vignoble, grilles de salaires, aménagement du temps de travail). Il évoque la création et les missions de la Commission Information et Accueil du CIVC. Evoquant le fragile équilibre de la Champagne, il s'interroge sur l'implication du viticulteur, les relations avec les différents acteurs du marché, le prix indicatif du raisin, et sur les notions de stock et de réserve. Il revient sur les relations entre le Vignoble et le Négoce, sur la nécessité d'un accord complet entre les deux parties et le rôle incontournable de l'Interprofession. Livrant sa conception sur les équilibres amont et aval dans la profession, il conclut l'entretien par une réflexion sur l'évolution de la Champagne (Appellation, méthode culturale, qualité, banalisation du produit, traitements de la plante, formation). 
- 2001_02_01_BM - Récit de vie - MURE Bertrand - CHAUVE Yves
Type Archives vidéo
Contexte
Il s'agit du second entretien réalisé par le collecteur de mémoire Yves Chauvé auprès de Bertrand Mure, Président du groupe Moët & Chandon, Mercier, Ruinart, de 1970 à 1979. Personnalité notable de la Champagne viticole, Bertrand Mure présente là son implication au sein du Négoce champenois, à travers notamment l'exposé de ses responsabilités et de ses actions chez Ruinart, puis Moët & Chandon (gestion des approvisionnements, relation avec le vignoble, grilles de salaires, aménagement du temps de travail). Il évoque la création et les missions de la Commission Information et Accueil du CIVC. Evoquant le fragile équilibre de la Champagne, il s'interroge sur l'implication du viticulteur, les relations avec les différents acteurs du marché, le prix indicatif du raisin, et sur les notions de stock et de réserve. Il revient sur les relations entre le Vignoble et le Négoce, sur la nécessité d'un accord complet entre les deux parties et le rôle incontournable de l'Interprofession. Livrant sa conception sur les équilibres amont et aval dans la profession, il conclut l'entretien par une réflexion sur l'évolution de la Champagne (Appellation, méthode culturale, qualité, banalisation du produit, traitements de la plante, formation). 
Cote(s) 2001_02_01_BM
Type d'archive Récit de vie
Informateur MURE Bertrand
Collecteur CHAUVE Yves
Fermer Fermer
Archives vidéo

Ce second des deux entretiens réalisés avec Jean Nollevalle, est principalement consacré à la volonté du Syndicat Général des Vignerons (SGV) de proposer et de soutenir une organisation économique des vignerons, ainsi qu’à la mise en place du premier contrat interprofessionnel.

Ainsi, Jean Nollevalle, Secrétaire du SGV de 1945 à 1977, relate les motivations de l’implication et de l’action du SGV dans le monde viticole champenois : améliorer les rapports entre les acteurs, former les jeunes, déclencher l’évolution des mentalités, proposer un véritable contrat interprofessionnel (vendeur-client). Il expose ensuite l’organisation de la coopération et de la manipulation avant le contrat, en évoquant les coopératives locales multi-crus, le centre viticole, l’union des coopératives. Jean Nollevalle oriente ensuite son discours sur la mise en place du premier contrat interprofessionnel : le contexte, l’historique, les acteurs, les difficultés rencontrées. Il présente ce contrat comme la nécessité d’assurer un approvisionnement à un prix raisonnable pour le Négoce, et des débouchés à des prix raisonnables pour les vignerons. L’entretien se conclut avec une réflexion sur l’expansion du vignoble, et un aperçu du rôle de la société d’intervention.

- 2000_05_30_JN - Récit de vie - NOLLEVALLE Jean - CHAUVE Yves
Type Archives vidéo
Contexte

Ce second des deux entretiens réalisés avec Jean Nollevalle, est principalement consacré à la volonté du Syndicat Général des Vignerons (SGV) de proposer et de soutenir une organisation économique des vignerons, ainsi qu’à la mise en place du premier contrat interprofessionnel.

Ainsi, Jean Nollevalle, Secrétaire du SGV de 1945 à 1977, relate les motivations de l’implication et de l’action du SGV dans le monde viticole champenois : améliorer les rapports entre les acteurs, former les jeunes, déclencher l’évolution des mentalités, proposer un véritable contrat interprofessionnel (vendeur-client). Il expose ensuite l’organisation de la coopération et de la manipulation avant le contrat, en évoquant les coopératives locales multi-crus, le centre viticole, l’union des coopératives. Jean Nollevalle oriente ensuite son discours sur la mise en place du premier contrat interprofessionnel : le contexte, l’historique, les acteurs, les difficultés rencontrées. Il présente ce contrat comme la nécessité d’assurer un approvisionnement à un prix raisonnable pour le Négoce, et des débouchés à des prix raisonnables pour les vignerons. L’entretien se conclut avec une réflexion sur l’expansion du vignoble, et un aperçu du rôle de la société d’intervention.

Cote(s) 2000_05_30_JN
Type d'archive Récit de vie
Informateur NOLLEVALLE Jean
Collecteur CHAUVE Yves
Fermer Fermer

(+ 1)
Mémoires et rapports
Communication et veille concurrentielle : deux exemples d’actions de marketing opérationnel à l’export - MEMR-GOB(2008) - Autre ... - GOBANCE Gaëtane PAPAVERO Nicolas
Type Mémoires et rapports
Titre Communication et veille concurrentielle : deux exemples d’actions de marketing opérationnel à l’export
Cote MEMR-GOB(2008)
Type de mémoire / rapport Autre ...
Auteur(s) GOBANCE Gaëtane PAPAVERO Nicolas
Fermer Fermer
Archives vidéo

Témoignage anonymé.

Son et image de qualité médiocre.

Indexation minutée non réalisée.

Transcription non réalisée.

- 2001_07_16_an - Récit de vie - CHAUVE Yves
Type Archives vidéo
Contexte

Témoignage anonymé.

Son et image de qualité médiocre.

Indexation minutée non réalisée.

Transcription non réalisée.

Cote(s) 2001_07_16_an
Type d'archive Récit de vie
Collecteur CHAUVE Yves
Fermer Fermer
Motoris√© par Alexandrie - ©