Au cœur du vignoble champenois, l'Institut International des Vins de Champagne a pour vocation d'animer des activités d'information et d'initiation à la connaissance des vins de Champagne complémentaires aux actions de promotion et d'accueil mises en oeuvre par toute la profession.
Retour

Page : 1 / 11
Archives vidéo

Ce premier des deux entretiens réalisés avec Jean Nollevalle, relate les prémices de la structuration et de la régulation du monde viticole champenois, notamment par le Syndicat Général des Vignerons (SGV).

Dans un premier temps, Jean Nollevalle, Secrétaire Général du SGV de 1945 à 1977, expose la situation du vignoble champenois avant, pendant et après la guerre de 39-45. Il relate la mise en place de son organisation, tant structurelle, politique que pratique. Ainsi, il évoque les tensions face au CIVC de la Seconde guerre mondiale, la construction et le rôle attribué du SGV, la mise en place d’un cadre législatif relatif à l’Appellation Champagne, tout autant que l’intérêt collectif et le tempérament champenois, les origines et la méthodologie de l’échelle des crus, les accords de l’Aube, la disparition du Gamay et la prime à la reconstitution du CIVC. Dans un second temps, Jean Nollevalle illustre la montée en puissance des organismes de défense du vignoble, en développant son organisation économique (coopération, manipulation, contrats). L’entretien se conclut sur un historique du Crédit Agricole, de sa création à son expansion.

- 2000_05_29_JN - Récit de vie - NOLLEVALLE Jean - CHAUVE Yves
Type Archives vidéo
Contexte

Ce premier des deux entretiens réalisés avec Jean Nollevalle, relate les prémices de la structuration et de la régulation du monde viticole champenois, notamment par le Syndicat Général des Vignerons (SGV).

Dans un premier temps, Jean Nollevalle, Secrétaire Général du SGV de 1945 à 1977, expose la situation du vignoble champenois avant, pendant et après la guerre de 39-45. Il relate la mise en place de son organisation, tant structurelle, politique que pratique. Ainsi, il évoque les tensions face au CIVC de la Seconde guerre mondiale, la construction et le rôle attribué du SGV, la mise en place d’un cadre législatif relatif à l’Appellation Champagne, tout autant que l’intérêt collectif et le tempérament champenois, les origines et la méthodologie de l’échelle des crus, les accords de l’Aube, la disparition du Gamay et la prime à la reconstitution du CIVC. Dans un second temps, Jean Nollevalle illustre la montée en puissance des organismes de défense du vignoble, en développant son organisation économique (coopération, manipulation, contrats). L’entretien se conclut sur un historique du Crédit Agricole, de sa création à son expansion.

Cote(s) 2000_05_29_JN
Type d'archive Récit de vie
Informateur NOLLEVALLE Jean
Collecteur CHAUVE Yves
Fermer Fermer

(+ 1)
Archives vidéo

Cet entretien est consacré au vignoble champenois dans l’Aisne, et met en lumière les débuts de la manipulation et de la coopération dans le Sud de ce département, sous Appellation Champagne.

Ainsi, Lucien Huot, agriculteur puis viticulteur à Essômes-sur-Marne, puise dans son expérience et évoque les origines du développement du vignoble champenois dans l’Aisne, dans une région où le vin était considéré comme une activité annexe. Il explique que l’évolution des mentalités est impulsée par l’implantation importante du Négoce à la fin des années 1950, avec la ruée des Maisons de Champagne sur les terres à vignes du Sud de l’Aisne. Lucien Huot déroule alors les débuts de la manipulation, à travers l’installation des viticulteurs, la volonté de formation des jeunes, le déploiement des coopératives locales, puis la création et le rôle de la Coopérative de stockage. Abordant le remembrement sur 20 ans et la refonte de l’échelle des crus en 1978, il précise que l’ensemble du terroir est aujourd’hui planté (à 95%) et développe la thématique, avec l’attribution des droits de plantation et l’extension de l’aire d’Appellation. L’évocation de ses différents mandats offre l’occasion d’aborder l’implication du Crédit Agricole dans le monde viticole, mais également le rôle et le poids du syndicat et de la coopération dans la reconnaissance par les gens du cru d’un patrimoine viticole à sauvegarder. Finalement, Lucien Huot conclut l’entretien en relevant le désir d’indépendance des jeunes vignerons susceptible de déstabiliser la cohésion et la solidarité du monde viticole champenois, la nécessité de révision de l’aire d’appellation, et la concentration des groupes.

- 2000_05_25_LH - Récit de vie - HUOT Lucien - CHAUVE Yves
Type Archives vidéo
Contexte

Cet entretien est consacré au vignoble champenois dans l’Aisne, et met en lumière les débuts de la manipulation et de la coopération dans le Sud de ce département, sous Appellation Champagne.

Ainsi, Lucien Huot, agriculteur puis viticulteur à Essômes-sur-Marne, puise dans son expérience et évoque les origines du développement du vignoble champenois dans l’Aisne, dans une région où le vin était considéré comme une activité annexe. Il explique que l’évolution des mentalités est impulsée par l’implantation importante du Négoce à la fin des années 1950, avec la ruée des Maisons de Champagne sur les terres à vignes du Sud de l’Aisne. Lucien Huot déroule alors les débuts de la manipulation, à travers l’installation des viticulteurs, la volonté de formation des jeunes, le déploiement des coopératives locales, puis la création et le rôle de la Coopérative de stockage. Abordant le remembrement sur 20 ans et la refonte de l’échelle des crus en 1978, il précise que l’ensemble du terroir est aujourd’hui planté (à 95%) et développe la thématique, avec l’attribution des droits de plantation et l’extension de l’aire d’Appellation. L’évocation de ses différents mandats offre l’occasion d’aborder l’implication du Crédit Agricole dans le monde viticole, mais également le rôle et le poids du syndicat et de la coopération dans la reconnaissance par les gens du cru d’un patrimoine viticole à sauvegarder. Finalement, Lucien Huot conclut l’entretien en relevant le désir d’indépendance des jeunes vignerons susceptible de déstabiliser la cohésion et la solidarité du monde viticole champenois, la nécessité de révision de l’aire d’appellation, et la concentration des groupes.

Cote(s) 2000_05_25_LH
Type d'archive Récit de vie
Informateur HUOT Lucien
Collecteur CHAUVE Yves
Fermer Fermer

(+ 1)
Archives vidéo

Cet entretien présente le parcours professionnel d’André Drappier, viticulteur-négociant dans l’Aube, ainsi que son rôle au sein du Syndicat Général des Vignerons (SGV).

Dans un premier temps, André Drappier évoque l’essor du vignoble dans l’Aube, à travers la constitution et le développement de son exploitation et de sa société : vignes, rendements, plantations, choix de champagnisation, tirage, manipulation, matériel, évolution des ventes. La création d’une SARL en 1980 marque l’entrée dans le négoce, avec les exportations et le réseau de distribution. Il développe par la suite son implication syndicale, les évolutions vécues (imposition, emprunts, etc.) et ses rencontres avec des personnalités telles que MM. Geoffroy, Macquart et Nollevalle. Finalement, l’entretien conclut sur les fondements de la réussite de la Champagne et sur le nécessaire maintien de la qualité.

- 2000_06_05_AD - Récit de vie - DRAPPIER André - CHAUVE Yves
Type Archives vidéo
Contexte

Cet entretien présente le parcours professionnel d’André Drappier, viticulteur-négociant dans l’Aube, ainsi que son rôle au sein du Syndicat Général des Vignerons (SGV).

Dans un premier temps, André Drappier évoque l’essor du vignoble dans l’Aube, à travers la constitution et le développement de son exploitation et de sa société : vignes, rendements, plantations, choix de champagnisation, tirage, manipulation, matériel, évolution des ventes. La création d’une SARL en 1980 marque l’entrée dans le négoce, avec les exportations et le réseau de distribution. Il développe par la suite son implication syndicale, les évolutions vécues (imposition, emprunts, etc.) et ses rencontres avec des personnalités telles que MM. Geoffroy, Macquart et Nollevalle. Finalement, l’entretien conclut sur les fondements de la réussite de la Champagne et sur le nécessaire maintien de la qualité.

Cote(s) 2000_06_05_AD
Type d'archive Récit de vie
Informateur DRAPPIER André
Collecteur CHAUVE Yves
Fermer Fermer

(+ 1)
Archives vidéo

Deux thématiques s’entrelacent tout au long de l’entretien, dévoilant la réalité économique du vignoble champenois face à la Seconde Guerre Mondiale, ainsi que les mutations des pratiques et de l’organisation commerciale du monde viticole.

Paul Bara, vigneron à Bouzy, revient sur les conséquences de la crise de 1929 et examine l’impact du conflit de 1939-45 sur l’économie viticole. Ces périodes de bouleversements voient naître une prise de conscience des vignerons, entraînant le développement de la manipulation au cœur du vignoble et la construction de caves, et l’évolution du rôle des femmes. L’interviewé décrit ensuite la création du Comité Interprofessionnel du Vin de Champagne (CIVC), ainsi que la genèse de la convention collective. Enfin, il met en lumière les liens entre syndicalisme et coopératives, avec d’une part l’évocation du syndicalisme chrétien et son rôle dans la création de la Coopérative des Grands Crus, et d’autre part celle du syndicalisme anti-phylloxérique et son rôle dans la lutte contre le phylloxera et la création des coopératives d’approvisionnement.

- 2000_04_10_PB - Récit de vie - BARA Paul - CHAUVE Yves
Type Archives vidéo
Contexte

Deux thématiques s’entrelacent tout au long de l’entretien, dévoilant la réalité économique du vignoble champenois face à la Seconde Guerre Mondiale, ainsi que les mutations des pratiques et de l’organisation commerciale du monde viticole.

Paul Bara, vigneron à Bouzy, revient sur les conséquences de la crise de 1929 et examine l’impact du conflit de 1939-45 sur l’économie viticole. Ces périodes de bouleversements voient naître une prise de conscience des vignerons, entraînant le développement de la manipulation au cœur du vignoble et la construction de caves, et l’évolution du rôle des femmes. L’interviewé décrit ensuite la création du Comité Interprofessionnel du Vin de Champagne (CIVC), ainsi que la genèse de la convention collective. Enfin, il met en lumière les liens entre syndicalisme et coopératives, avec d’une part l’évocation du syndicalisme chrétien et son rôle dans la création de la Coopérative des Grands Crus, et d’autre part celle du syndicalisme anti-phylloxérique et son rôle dans la lutte contre le phylloxera et la création des coopératives d’approvisionnement.

Cote(s) 2000_04_10_PB
Type d'archive Récit de vie
Informateur BARA Paul
Collecteur CHAUVE Yves
Fermer Fermer

(+ 1)
Mémoires et rapports
« La stratégie des Maisons de Champagne et Vignerons en matière de Développement durable » - MEMR-BRU(2010) - Mémoire - BRUYERE Emilie
Type Mémoires et rapports
Titre « La stratégie des Maisons de Champagne et Vignerons en matière de Développement durable »
Cote MEMR-BRU(2010)
Type de mémoire / rapport Mémoire
Auteur(s) BRUYERE Emilie
Fermer Fermer
N° de périodique
Bulletin du Comité du Folklore Champenois - N°61-62-63-64 / 1951 - PER-BUL-N61/62/63/64(1951) - 1951 - salle de lecture - PERIODIQUES
Type N° de périodique
Titre de la revue Bulletin du Comité du Folklore Champenois
N° Revue / volume N°61-62-63-64 / 1951
Cote PER-BUL-N61/62/63/64(1951)
Date 1951
Localisation (rayonnage) salle de lecture - PERIODIQUES
Fermer Fermer
Archives vidéo
Réalisé dans le cadre de la collecte de mémoire "La Marne sous l'Occupation", cet entretien est consacré à Roger Poirot, viticulteur récoltant manipulant. Présentant son parcours personnel et professionnel, l'interviewé revient sur la constitution de l'exploitation et du vignoble familial à Vertus. Ce faisant, il développe le métier de viticulteur, détaille les pratiques culturales de la vigne. Il évoque la Seconde Guerre mondiale et ses conséquences (bombardements, reprise de l'activité viticole, réquisitions, rationnement du cuivre, etc.) : la mobilisation, l'évacuation, l'Occupation. Roger Poirot revient ensuite sur la mise en place progressive de la Résistance, la réalité de la collaboration, la Libération. Enfin, il conclut l'entretien sur un état des lieux du vignoble champenois après le conflit, les débuts de la manipulation, la coopération. 
- 2006_03_01_RP - Récit de vie - POIROT Roger - PAYAN Rachel
Type Archives vidéo
Contexte
Réalisé dans le cadre de la collecte de mémoire "La Marne sous l'Occupation", cet entretien est consacré à Roger Poirot, viticulteur récoltant manipulant. Présentant son parcours personnel et professionnel, l'interviewé revient sur la constitution de l'exploitation et du vignoble familial à Vertus. Ce faisant, il développe le métier de viticulteur, détaille les pratiques culturales de la vigne. Il évoque la Seconde Guerre mondiale et ses conséquences (bombardements, reprise de l'activité viticole, réquisitions, rationnement du cuivre, etc.) : la mobilisation, l'évacuation, l'Occupation. Roger Poirot revient ensuite sur la mise en place progressive de la Résistance, la réalité de la collaboration, la Libération. Enfin, il conclut l'entretien sur un état des lieux du vignoble champenois après le conflit, les débuts de la manipulation, la coopération. 
Cote(s) 2006_03_01_RP
Type d'archive Récit de vie
Informateur POIROT Roger
Collecteur PAYAN Rachel
Fermer Fermer
Archives vidéo
Cet entretien inaugure une série de témoignages consacrés à l'oenologie. Sont développées la formation, le savoir-faire et les activités d'un oenologue conseil. L'entretien contextualise la création du premier laboratoire et de la Station oenotechnique de Champagne (Magenta). Il mentionne les relations entre viticulteurs et oenologues. Revenant sur les débuts de la manipulation, l'usage et le rôle de la cave dans le travail du vin de champagne, l'interviewé détaille l'évolution des métiers, des techniques et du matériel, tout en s'intéressant à la pratique culturale de la vigne. 
- 2006_01_06_an - Récit thématique - PAYAN Rachel
Type Archives vidéo
Contexte
Cet entretien inaugure une série de témoignages consacrés à l'oenologie. Sont développées la formation, le savoir-faire et les activités d'un oenologue conseil. L'entretien contextualise la création du premier laboratoire et de la Station oenotechnique de Champagne (Magenta). Il mentionne les relations entre viticulteurs et oenologues. Revenant sur les débuts de la manipulation, l'usage et le rôle de la cave dans le travail du vin de champagne, l'interviewé détaille l'évolution des métiers, des techniques et du matériel, tout en s'intéressant à la pratique culturale de la vigne. 
Cote(s) 2006_01_06_an
Type d'archive Récit thématique
Collecteur PAYAN Rachel
Fermer Fermer
Archives vidéo
Revenant sur sa formation au centre d'apprentissage des cavistes d'Epernay, Michel Laudy, chef de cave production pour la maison De Castellane (1984), pointe la polyvalence et les facultés d'adaptation des apprentis ouvriers cavistes. Passé par tous les postes selon "la chronologie du vin" (moûts et cuverie, cave, chantier de dégorgement), il s'attarde sur les métiers du travail en cave dans les années 50-60, et plus particulièrement sur le rôle du chef du service cave (l'exemple marquant d'Hubert Moreau). Il détaille l'évolution des méthodes, techniques et matériel (robotisation, mutation des pratiques, essais), tout en assurant l'importance de la transmission des savoir-faire vinicoles (dégorgement, remuage, ficelage, etc.). Il mentionne la formation d'équipes de dégustation , l'importance du contrôle visuel et gustatif du vin, les liens avec le laboratoire et la station oenologique. L'entretien se conclut avec la mention de la Saint-Jean, fête des cavistes.
- 2007_02_27_ML - Récit thématique - LAUDY Michel - PAYAN Rachel
Type Archives vidéo
Contexte
Revenant sur sa formation au centre d'apprentissage des cavistes d'Epernay, Michel Laudy, chef de cave production pour la maison De Castellane (1984), pointe la polyvalence et les facultés d'adaptation des apprentis ouvriers cavistes. Passé par tous les postes selon "la chronologie du vin" (moûts et cuverie, cave, chantier de dégorgement), il s'attarde sur les métiers du travail en cave dans les années 50-60, et plus particulièrement sur le rôle du chef du service cave (l'exemple marquant d'Hubert Moreau). Il détaille l'évolution des méthodes, techniques et matériel (robotisation, mutation des pratiques, essais), tout en assurant l'importance de la transmission des savoir-faire vinicoles (dégorgement, remuage, ficelage, etc.). Il mentionne la formation d'équipes de dégustation , l'importance du contrôle visuel et gustatif du vin, les liens avec le laboratoire et la station oenologique. L'entretien se conclut avec la mention de la Saint-Jean, fête des cavistes.
Cote(s) 2007_02_27_ML
Type d'archive Récit thématique
Informateur LAUDY Michel
Collecteur PAYAN Rachel
Fermer Fermer
Archives vidéo
Cet entretien est consacré à Bernard Beaulieu, ouvrier caviste spécialisé remueur. Revenant sur son parcours personnel et son engagement syndical, l'interviewé revient sur son apprentissage du métier de remueur pour la maison Bollinger, la transmission du savoir-faire. Il évoque la politique sociale et patronale de la maison, l'organisation et les conditions du travail en cave, les techniques et le matériel employés. Détaillant le process complet d'élaboration, de la vigne au vin, il introduit les innovations qui ont impacté la profession et les activités (travail manuel à automatisation), la disparition de certains corps de métiers. Il précise les responsabilités d'un caviste, les différences de fonctionnement d'une maison à une autre. Il conclut l'entretien par la mention de la transmission d'un certain savoir-faire au vignoble, avec les débuts de la manipulation.
- 2007_02_21_BB - Récit thématique - BEAULIEU Bernard - PAYAN Rachel
Type Archives vidéo
Contexte
Cet entretien est consacré à Bernard Beaulieu, ouvrier caviste spécialisé remueur. Revenant sur son parcours personnel et son engagement syndical, l'interviewé revient sur son apprentissage du métier de remueur pour la maison Bollinger, la transmission du savoir-faire. Il évoque la politique sociale et patronale de la maison, l'organisation et les conditions du travail en cave, les techniques et le matériel employés. Détaillant le process complet d'élaboration, de la vigne au vin, il introduit les innovations qui ont impacté la profession et les activités (travail manuel à automatisation), la disparition de certains corps de métiers. Il précise les responsabilités d'un caviste, les différences de fonctionnement d'une maison à une autre. Il conclut l'entretien par la mention de la transmission d'un certain savoir-faire au vignoble, avec les débuts de la manipulation.
Cote(s) 2007_02_21_BB
Type d'archive Récit thématique
Informateur BEAULIEU Bernard
Collecteur PAYAN Rachel
Fermer Fermer
Motoris√© par Alexandrie - ©